Connected Apps de Foursquare: le lieu comme plateforme de services



Foursquare a annoncé la mise en place de connected apps, annonce commentée sur techcrunch , présageant une évolution majeure dans les usages numériques. Certains y verront un pas de plus vers le  fameux "web of apps"ou web 3.0 (le web connectait les documents,  puis les gens, il connecte à présent les applications entre elles). Mais il n'est pas anodin qu'un acteur majeur de la géolocalisation sociale prenne cette initiative, conférant à la notion de lieu connecté une dimension stratégique prometteuse
C'est en ce sens que j'ai surtout envie de comprendre l'enjeu des Connected apps de Foursquare et d'en faire projection dans ce billet :

formulation : "The social network for places", le lieu comme réseau social et de partage d'expériences, plateforme de services contextualisés et personnalisés mais aussi d'engagement marketing".

Foursquare comme un écosystème enracinée dans un lieu avec ses apps connectées
Le tournesol c'est de saison s'ouvre en été, il s'enracine dans le sol dressé fermement et attire les butineurs alentours en quête de repos, d'informations et de pollens. Il est comme un phare dans l'écosysteme. C'est la métaphore que j'ai envie de voir dans cette innovation signée Foursquare avec ses connected apps.


Illustrations: je vais pouvoir écouter les musiques partagées par mes pairs dans tel lieu via l'application Soundtracking connectée à mon Foursquare. Mieux, "mon ami popstar David Bowie" pourra me faire découvrir son nouvel album en l'éditant sur le lieu que je traverse. "Mon ami le festival de la guitare de Patrimonio" pourra me faire écouter les artistes emblématiques de la session passée sur la petite place du village où je sirote une pietra ...ou encore, m'annoncera le programme des prochaines festivités via l'application connectée de l'office du tourisme du coin.

C'est un des exemples concrets des nouvelles possibilités qu'offrent Foursquare avec son évolution fonctionnelle "Connected Apps". En permettant le branchement de ces applications à son profil, Foursquare concrétise l'interaction à l'écosystème local et de facto, transforme un lieu en un hyperlieu relié aux services géolocalisés alentour. 

Opportunités pour les marques, les commerçants, les organismes

Imaginons une marque qui déploie une application délivrant au delà du simple couponing, des "call to store" personnalisés via du brand content ou des services autour de ses magasins ? Par exemple, "mon amie servicielle La Fnac connectée à Foursquare m'indique que puisque je suis à proximité de la Fnac de Nantes, elle me propose un bon de réduction sur trois de mes produits présents dans la liste de souhaits que j'avais renseigné tranquillement en ligne il y a quelques temps.

Imaginons une marque étendre sa présence et son histoire sur des lieux qu'elle pourrait "décréter" comme en phase avec son ADN en y poussant du contenu, des expériences interactives, des services via une application dédiée.Imaginons des applications ludiques ayant pour terrain de jeu le réel, connectées à son foursquare. Pour l'heure, on peut simplement envisager une marque qui diffuse des photos instagrams localement par exemple. Ou bien une playlist via Soundtracking en phase avec l'univers de la marque et celle du lieu.
Les organismes publics ont également une carte à jouer : un office du tourisme pour poursuivre l'exemple ci-dessus qui propose aussi un service de billeterie ou d'information pratiques ( les horaires, prix...) ou indique la durée estimée de la file d'attente comme dans l'application Disneyland Paris. Tiens, justement, et si l'application Disneyland Paris se connectait à foursquare? 

Les usages en termes de nouveau marketing sont à inventer ! Mais pour ce faire, notons quelques prérequis ou interrogations.

Points d'attention quand au développement de cette nouvelle pratique :

1. Le risque de l'aveuglement dans le tout social comme clé unique de valeur ajoutée personalisée
  • Paradoxalement, cette ouverture aux applications peut faire perdre son âme à Foursquare en devenant un simple "facebooklike" plutôt que s'affirmer comme un très légitime "social network for places". En gros, préférer utiliser foursquare pour situer les photos de ses amis via l'application instagram ou bien utiliser foursquare pour découvrir les photos ( d'amis pourquoi pas, mais surtout d'éclaireurs inconnus) autour de soi ? Utiliser foursquare pour découvrir la musique qu'écoute ses amis ou bien bookmarquer la musique proposée par ce magasin ? Connaitre le temps qu'il fait chez les cousins en Corse ou bien les prévisions météo du lieu où je me trouve ou compte me rendre ? Le risque serait en effet de se limiter au seul focus sur les amis et leurs activités de partage et donc négliger complètement le potentiel d'un écosystème serviciel contextuel à chaque lieu et centré sur les besoins de la personne connectée (ce qui n'empêche pas une dose de social, évidement) .Tout va dépendre de la nature des applications connectables et la qualité de contextualisation du service. Et c'est à la communauté des développeurs (plus exactement aux réseaux d'innovation ouverte mêlant developpeurs, marketeux, designers, utilisateurs;...) de pousser des nouveaux services en ce sens sur la plateforme Connected Apps de Foursquare.
2. L'intégration heureuse dans l'ergonomie Foursquare ... et l'expérience du lieu
  •  Le look and feel que propose foursquare pour délivrer cette expérience, que je n'ai pu tester vraiment, est-il efficace ? Se fluidifie-t-il au sein de Foursquare sans nuire à l'expérience utilisateur?
  • Et plus largement, l'expérience utilisateur est le fruit d'un design de service abouti de ces applications comme chaînons de l'expérience du lieu . Je pense notamment aux applications de niche ou ciblées sur un centre d'intérêt précis, adaptées à certaines familles de lieu : par exemple, des hubs urbains tels que le quartier de la Défense à Paris ou le quartier de la création à Nantes, les aéroports, les gares, les universités, les centres commerciaux, les villes musées, les tiers lieux (starbucks,...), les centres de vacances, les entreprises, les salons professionnels et évenementiels, etc...
  • Il faut donc non seulement penser l'expérience centrée utilisateur (dites "user centric") mais aussi penser l'expérience centrée sur le lieu (contextual centric) et ne pas se cantonner au "social centric" même si cette dimension demeure essentielle.
3. Le lieu comme média stratégique 
  •  Le media planning doit intégrer deux types de masse critiques d'utilisateurs pour profiter finement de ce nouveau média stratégique : celle inhérente aux applications branchées bien entendu, et fait nouveau, celles liées aux lieux. Le média planning doit détecter, comprendre et exploiter de manière futée ces nouveaux carrefours d'audience hyper-locaux. Il lui faut prendre en compte la masse critique d'utilisateurs de ces carrefours d'audience, une masse critique d'utilisateurs hétéroclites et dont le poids varie selon les lieux, les villes, les quartiers, en France notamment...mais qui peut proposer malgré tout, plus d'audience au regard des utilisateurs de la seule application téléchargée depuis tel store pour smartphone. Brancher votre application à Foursquare, c'est toucher plus d'utilisateurs et aux bons endroits. Voir à ce titre l'infographie de FB sur les lieux les plus checkés.
  • Creuser cette idée qu'un appstore rattaché à un lieu serait disponible dans le nuage foursquare et comment lui donner corps dans le lieu physique ( via un totem ubimédia comme décrit ici ?) et notamment avec le déploiement annoncé de la NFC qui facilitera les interactions avec le réel.
  • S'interroger en tant que marques ou organismes disposant déjà d'une application à valeur ajoutée sur la géolocalisation si celle-ci est bien opportunément connectable à Foursquare? Votre application concurrence bien celle de The Weather Channel, non ? (je ne cite personne la :)
  •  A défaut d'en développer une, miser sur des partenariats avec les applications existantes de ces services tiers tels qu'Instagram, The Weather Channel,...
4. Des data contextuelles et personnelles maîtrisées
  • S'assurer de la disponibilité et la distribution des données rattachées à un lieu (lisibles, ouvertes, payantes, inter-opérantes, légales, vérifiées, ...).
  • Donner envie de se checker autrement et donc se réconcilier avec Foursquare, en permettant un contrôle clair et efficace des données privatives par les usagers ;)

Cela fait quelques années, qu'on attend cette interconnexion à l'écosystème local, le lieu comme plateforme de services, qui ne s'aveugle pas dans le tout social mais prend en compte le contexte hyperlocal et les centres d’intérêts de la personne (ce que j'imaginais aussi pour le futur d'un facebook d'ailleurs ;).

Cette possibilité d'expériences connectées au profil de l'utilisateur s'en rapproche. Y allons-nous vraiment ? Avec ou sans Foursquare ?


2 commentaires:

Arnaud a dit…

Merci pour cet édito qui ouvre la réflexion sur le rôle que Foursquare souhaite prendre dans l'évolution annoncée d'Internet. Les tendances annoncent l’avènement de la connexion en masse des objets (la 3e phase de l'évolution d'Internet après les documents et les personnes). La connexion des lieux ajoute une dimension complémentaire. Cependant, un lieu est virtuel : en tant qu'objet numérique, il n'est que le support des éléments qui le composent (personnes, bâtiments, marques, objets, services...). Si Internet revendique la capacité de les connecter à l'échelle planétaire, l'ambition de Foursquare est peut être de reproduire cette promesse à l'échelle locale.
Et si la promesse de Foursquare était "d'écologiser" Internet en favorisant la connexion aux écosystèmes digitaux locaux?

François VERRON a dit…

Merci Arnaud, nous sommes en phase :)
J'aime beaucoup ta formulation "d'écologiser Internet en favorisant la connexion aux écosystèmes digitaux locaux"...J'aime bien l'opposition que tu fais entre l'internet global (qui relie les écosystèmes locaux distants) et « l'internet de Foursquare » qui nous relie à l'échelle hyperlocale. Le Glocal ( le village global + le planète locale) c'est la définition de l'ubimedia . Cette ambition de Foursquare sur l'échelle locale s'inscrit dans la dynamique des hyperlieux. Les Connected Apps branchent des services personnalisés au lieu...Les écosystèmes réels du lieu sont devenus connectables. Le lieu leur fait interface . Ce que j'appelle interface ubimedia, d'où la notion d'hyperlieu à laquelle j'aime me référer souvent. Les écosystèmes sont ceux de la vrai vie, que le digital permet aujourd'hui et demain de connecter et surtout à terme "d'augmenter" en nouveaux usages avec, comme tu le dis, ces éléments qui animent ce lieu ("les personnes, bâtiments, marques, objets, services..."). Foursquare oui nous rapproche de cette promesse :)

licence

Contrat Creative Commons
L'ensemble des billets du blog STRAT'MARKET PLACE, marketing digital et nouveaux usages by Francois Verron est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution-NoDerivs 3.0 Unported.

Le livre du blog: sélection d'articles clés ( format papier ou ebook)

Le livre du blog: sélection d'articles clés ( format papier ou ebook)
Hyperlieux et placemastering

DIGITAL SEEDER

DIGITAL SEEDER
découvrez mon offre conseil et contactez moi !