News Ticker

Menu

Starbucks révèle bien l'hyperlocal interactif comme canal digital incontournable

Réagissant à l'initiative de Starbucks qui déploie son Social Digital Network en partenariat avec Yahoo dans ses cafés US, Sonia Hecquet , responsable de l'Interaction Design sqli agency  m'a décrit ce SDN comme" un portail de contenus et services localisés de Starbucks,  une bulle digitale (au rayonnement géo-digital restreint) sous la forme de services  et contenus rassemblés dans un portail ." C'est très bien résumé.
J'avais évoqué de Starbucks USA cette initiative au début de l'été . Entre temps, ma réflexion s'est étoffée.



La stratégie Starbucks révèle une tendance de fond dans l'interaction des marques avec leur marché.
 Le café Starbucks du coin constitue un hyperlieu , c'est à dire un lieu connecté à  la fois à l'écosystème du quartier, à l'écosystème des partenaires de l'enseigne et bien entendu à celui des prospects et clients qui visitent, consomment  le lieu. Le lieu fait interface et agrège des services et contenus (digitaux notamment) in situ. Cette suite servicielle est non seulement exclusive au réseau wifi du café (effet "nul part ailleurs") en même tant qu'elle est localisée (au sens de contextualisation des contenus et services et on pourrait pousser aux partenariats locaux) .



L'hyperlocal marketing interactif : toucher les gens dans leurs lieux de vie pour interagir avec eux et avec des marques ou des collectivités et leurs partenaires.
Cette nouvelle modalité interactive que constitue l'hyperlieu institue un nouveau canal digital, le lieu faisant interface sur l'échelle hyperlocale du réel. Ainsi, l'hyperlocal est exploité comme media stratégique à part entière. Dès lors, un lieu justifiant d'une audience active peut intégrer la panoplie du mediaplanning.
Et cette interaction ( à la condition qu’elle soit perçue comme non intrusive et complice) jongle entre plusieurs types d'interface :

• via des interfaces hyperlieux telle qu'un Starbucks ou les vitrines interactives de certains points de vente mais aussi les bornes dans des espaces urbains tels que les centres commerciaux, gares, aéroports...

• via des interfaces embarquées dans les transports, dans la voiture comme par exemple BMW et sa voiture servicielle,

• via des interfaces nomades ou à emporter, telles que  des chaines thématiques de contenu en  réalité augmentée sur Tagwhat ou Layar, ou des interfaces nomades plus centrées sur le service à l'individu comme Assistant santé Maaf ou PagesJaunes...

• via les micro-formats physiques du digital signage tel que U-Snap par exemple ou les tags interactifs tels que les code 2D mais aussi les bornes Bluetooth,...

• via les moteurs de recherche en temps réel qui intègre le filtre hyperlocal : Bing, Google, et (bientôt ?) les moteurs de comparaison, ...

• via des réseaux sociaux de proximité, ma-residence.fr que je citais souvent en exemple sur ce blog...

• enfin, il est intéressant de souligner la congruence de ce media avec les médias sociaux mobiles tels que Foursquare et mais aussi Facebook avec Places avec leur fonction de check-in et d'immersion dans le temps réel.

Quand je martèle, allez, depuis 2 ans, que l'hyperlocal est intrinsèquement lié à la révolution ubimédia, Starbucks en est l'illustration la plus éclairante.
Et lorsque l'on parle de communication, de dispositif multi-canal ou 360, il faut garder à l'esprit l'ubimédia comme transformateur du réel en média interactif à part entière, à forte capacité d'engagement puisque délivrant "une expérience interactive de vie augmentée" et donc roiste. A présent, l'ubimédia augmente les dispositifs de communication "d'antan" via ce nouveau canal interactif IRL. Communiquer c'est avant tout être en capacité à engager ses clients de manière performante et mesurable . Ca tombe bien le digital a cette facilité à faire interagir et à tracer des KPis désormais encapsulables dans le réel. A l'ère ubimédia, un "concept de comm" pertinent doit s'appuyer aussi sur un service ou une expérience interactive hyperlocale. On connaissait le street-marketing visant le buzz,  l'hyperlocal interactif va plus loin, en cherchant à créer un lien poussé par du service ou une expérience interactive avec la personne .

Share This:

François Verron

Je suis François Verron, consultant depuis plus de 15 ans dans le domaine digital. J'aide les entreprises et collectivités, à maitriser les pratiques numériques et leurs impacts sur leur organisation et leurs business.

1 commentaire to ''Starbucks révèle bien l'hyperlocal interactif comme canal digital incontournable"

ADD COMMENT
  1. Bonjour,

    Je souhaiterais vous parler d'une offre qui pourrait cous intéresser. Serait-il possible de rentrer en contact par mail afin que je puisse vous parler plus amplement de ma proposition.

    Merci de votre retour,

    Clementine Liss
    community-marketing@widgetbooster.com

    RépondreSupprimer

  • To add an Emoticons Show Icons
  • To add code Use [pre]code here[/pre]
  • To add an Image Use [img]IMAGE-URL-HERE[/img]
  • To add Youtube video just paste a video link like http://www.youtube.com/watch?v=0x_gnfpL3RM